Vous avez dit Légion d’Honneur?

S’il est une occupation traditionnelle du 1er janvier des lobbyistes, c’est bien d’éplucher le Journal Officiel, et notamment celui du 31 décembre avec ses 242 textes officiels et 1366, pages, 242 textes que nul n’est censé ignorer dès le 1er janvier, ou encore d’éplucher le JO du 1er janvier et ses traditionnelles promotions de la Légion d’Honneur, avec désormais en même temps celle de l’ordre du mérite, à la fois donc « la rouge » et « la bleue », soit plusieurs milliers de noms à éplucher pour voir si l’on ne connait pas quelqu’un à féliciter, et le temps passant on y connait effectivement de plus en plus de monde…

Et c’est ou un art de savoir féliciter quelqu’un en lui souhaitant une bonne nouvelle année, voire d’être le premier qui lui annoncera la nouvelle, occasion d’être le cas échéant d’être également invité par le récipiendaire lorsqu’il se fera remettre ladite décoration, parfois (souvent ?) dans un bel hotel parisien quand le principe du respect des gestes barrières sera moins d’acuité.

Alors que débute la nouvelle année, une nouvelle promotion de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du Mérite a été annoncée au Journal officiel ce 1er janvier 2021. 3884 personnes, réparties à parité égale hommes femmes, sont distinguées en ce début 2021. Crise sanitaire oblige, près de 63% des nouveaux décorés le sont au titre de leur engagement dans la lutte contre le Covid-19, comme l’a souhaité le président de la République, également grand maître des ordres nationaux.

Dans le détail, 1229 personnes sont décorées de la Légion d’honneur : 1087 chevaliers, 111 officiers, 21 commandeurs, 7 grands officiers et 3 grand’croix. Parmi elles, 40 personnes décédées des suites de la Covid-19 sont nommées chevalier à titre posthume ainsi que le permet le code de la Légion d’honneur pour les personnes «tuées dans l’accomplissement de leur devoir». Dans l’ordre national du Mérite, 2655 personnes sont distinguées, réparties entre 2385 chevaliers, 225 officiers, 35 commandeurs, 7 grands officiers et 3 grand’croix.

Il fut un temps où ce travail fastidieux de lecture du bottin se faisait sur un document papier scrupuleusement conservé. Cela est désormais plus facile avec des mots clés comme par exemple « transport routier », certains ayant la bonne idée de se faire remettre le fameux parchemin non pas par leur ministre de tutelle, mais par un autre plus transverse comme le Premier Ministre, celui de l’Economie ou du travail, afin d’échapper aux fameux contingents ministériels voire à la désormais stricte parité homme femme instaurée par Nicolas Sarkozy, qui avait même retardé une promotion afin de la rendre plus équilibrée, conduisant certains transporteurs à voir préférer leur épouse pour certaines promotions, celles-ci étant souvent les « femmes de l’ombre » mais au combien indispensables….

Chaque titre de presse y va de sa sensibilité pour se réjouir qui des nominations bretonnes, qui, des nordistes et des picards, ou des alsaciens, qui des religieux ou des berrichons ou des altoséquanais

Les célébrités se trouvant souvent au rayon sport ou culture…

Mais celles qui me tiennent particulièrement à cœur, et ce depuis un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre, ce sont celles des transporteurs, et cela fait plusieurs années que je me désole ici, que sous le vocable « transport », on y trouve plus souvent des transporteurs de gaz ou d’électricité, des transporteurs de personnes (de préférence publics) ou des hauts fonctionnaires travaillant dans un service, administration ou ministère détaché aux transports…

Il est bien entendu agréable d’y voire telle dirigeante de Keolis ou de telle entreprise de TRV, mais finalement toujours assez peu de transporteurs routiers de marchandises..

Alors oui, ce 1er janvier, on y lit à la fois le nom de l’ancien Ministre Jean Claude Gayssot et celui de Dominique Voynet, celui de la patronne de Géodis, Marie Christine Lombard et celui d’un ancien Président de fédération de Transport et de la Logistique, ancien patron d’un grand groupe de transport de voitures et impliqué dans une Caisse de Prévoyance des Transports, ou Président de la Fédération des Travaux Publics… Mais ce sont souvent des patrons de grandes entreprises qui ont des mérites difficilement accessibles aux PME.

Aussi est-ce une réelle satisfaction, d’y lire au fil des noms, tel associatif ou religieux, tel transporteur de taille plus intermédiaire, voire tel déménageur, profession difficile s’il en est et qui mérite pourtant d’être mieux connue et reconnue.

Cela fait deux ans de suite que j’ai plaisir d’y lire les noms de personnalité du monde du déménagement qui le méritent bien, et que je ne citerai pas ici… mais félicitations à eux ! et à l’année prochaine (ha non, il y a celle du 14 juillet avant…)

Et vous pouvez relire mes articles de 2014,  de 2015 légion d’honneur et patakes, ou encore celui de l’an dernier, où finalement je disais déjà un peu la même chose…

Mais faut-il s’étonner, quand un ministre des transports dans sa carte de vœux (* voir ci-dessous) remercie tous les transports pour avoir su assurer la continuité pendant la crise, mais en oublie un, celui qui représente près de 40 000 entreprises et plus de 500 000 salariés….

Bonne année quand même à tous !

Le feuillet bleu n’est plus

Une fois n’est pas coutume, le clin d’œil cinématographique de l’Edito me conduit à rendre hommage ici au père du réalisateur Philippe de Chauveron, l’auteur de « qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu », Jean de Chauveron, bien connu des anciens du monde du transport avec les trois autres « de », dont tous n’étaient pas nobles.

Son principal fait d’arme est d’avoir notamment contribué à créer une puissante fédération de transporteur à l’issue des grandes grèves de 1992 sur le permis à point ou une partie des entreprises de la route, ne se sont pas (ou plus ?) senties représentées par la seule fédération en position de quasi monopole à l’époque.

Il était également connu pour sa plume, à la fois critique et experte de la profession, où tous les vendredis, il s’attachait à sortir un « feuillet bleu » ronéotypé en un recto verso, et pour lequel il s’arrachait parfois les cheveux avec son complice Oheix à la communication (qui n’en avait plus depuis longtemps). Pourquoi ce brin de nostalgie pour ces personnes que plus personne ne connait ? Parce qu’ils sont les derniers d’une génération, et qu’ils ont été également mes mentors, il y a 28 ans en début de carrière…

Et il y a un point où je ne leur arrive pas à la cheville, mon incapacité à faire court depuis des années et à tenir dans un recto verso !

J’ai appris également par la même occasion d’échanges entre anciens, que Jean Luc Allègre, l’un des hommes clés du social de la profession était également parti brusquement il y a près de 2 ans…. Raison pour laquelle sans doute je ne lis plus ses éditos juridiques de droit social des transport, ou qu’il ne répond plus à mes SMS…

Prenez soin de vous !

décès de Pierre Léonard

Chères et chers ancien.e.s diplômé.e.s du DESS/Master Transports Internationaux,

J’ai le profond regret de vous faire part du décès de Pierre Léonard dimanche 12 avril 2020, à l’âge de 92 ans. Co-fondateur en 1975 du DESS (et désormais Master 2) Transports Internationaux aux côtés de Pierre Bauchet, Pierre Léonard dirigeait alors la Flotte de Commerce et de l’Equipement Naval au sein du Ministère des Transports. Son apport au DESS est majeur puisqu’il marqua l’arrivée de professionnel.le.s au sein des équipes enseignantes de l’université jusqu’alors composées exclusivement d’académiques. Le DESS n’aurait tout simplement pas pu voir le jour sans son impulsion ni son soutien institutionnel. Pierre Léonard a porté – et symbolise le succès d’ – une innovation majeure dans les formations proposées par l’Université. Administrateur civil hors classe des Affaires Maritimes, ancien Président et Président d’honneur du Conseil supérieur de la Marine marchande, membre honoraire et ancien président de l’Académie de Marine, Pierre Léonard a dédié sa vie au transport maritime. Conscient des besoins de formation dans ce secteur, il sut transmettre à des générations d’étudiant.e.s sa profonde connaissance passionnée de ce monde. Sa philosophie constitue un cap que le Master a constamment suivi au cours de toutes ses évolutions depuis 45 ans.

Toute l’équipe du DESS/Master Transports Internationaux adresse ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

après le décès du Professeur Bauchet, c’est un 2ème « grand » qui nous quitte… Toutes mes condoléances.

Nominations: légion d’honneur du 1er janvier, et ils sont où les transporteurs?

Le 1er janvier est l’un des traditionnelles occasion d’éplucher le Journal Officiel, notamment celui des nominations à l’ordre de la Légion d’Honneur. Occasion de féliciter certains au moment de leur souhaiter une bonne année qui commence donc en général bien.

Chaque promotion ne manque pas de respecter un certain équilibre et une certaine parité, par secteur d’activité, depuis notamment que Nicolas Sarkozy alors Président avait “bloqué” une promotion, au motif qu’elle ne comprenait pas assez de femmes.

Parfois, si vous êtes réactif, vous pouvez même être le premier qui leur annonce, ce qui parfois ne manque pas de vous permettre de recevoir dans les mois qui suivent une invitation à la cérémonie de remise de ladite médaille, occasion d’honorer cette personne méritante devant ses pairs.

Depuis, le transport routier ne manque pas d’être à l’honneur, souvent avec des femmes, qui parfois agissant dans l’ombre de leur mari qui porte son nom sur les véhicules, car ce sont elles qui “font tourner la boutique” et ont parfois un rôle plus institutionnel.

L’an dernier encore, c’est une dirigeante d’un grand groupe leader du déménagement international qui avait les honneurs du JO pour représenter le transport routier.

Mais quelle surprise et quelle déception ce matin en consultant le JO et les 487 nominés de voir que les deux seuls représentants du transport sont un président d’une fédération de transport public de personnes, président d’un grand groupe de transport public filiale d’un groupe bancaire, ou un directeur général délégué de la SNCF… Personne pour représenter le monde de la route cette année, c’est dire le peu d’estime où se trouve reléguée notre profession.

Ah si, dans le registre des nominations plus politiques, saluons celle de Gilles Savary, aujourd’hui consultant transport mais qui a toujours su défendre le transport routier contre la concurrence déloyale lorsqu’il était député!

Et puis pour se consoler, certains disent que la Légion d’Honneur ne vaut rien, elle est donnée à n’importe qui aujourd’hui, mais je suis sur que les mêmes aimeraient bien quand même parfois l’avoir!

Bonne Année!

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=9E1BE36748B65F257B82131DBDE56B61.tplgfr21s_2?idArticle=JORFARTI000039726326&categorieLien=id&cidTexte=JORFTEXT000039726325&dateTexte=

https://www.lci.fr/population/legion-d-honneur-gilbert-montagne-jeanne-balibar-philippe-etchebest-qui-figure-dans-la-promotion-du-nouvel-an-2020-2141667.html

compte rendu en image de la journée de mobilisation transport routier du 7 décembre 2019

vue aérienne au dessus de l’autoroute A4!

Et retrouvez en vidéo « vu dans la Presse », l’OTRE IDF ayant également crée un groupe whatsapp dédié, dans lequel elle rend compte de l’acte 1 et préparer l’acte 2, si vous souhaitez en être dites le nous explicitement !

Compte rendu en images, et en vidéos :

également sur Transport Info, sur France Bleu, dans Challenges, dans Marianne, dans Sud Ouest, sur France Bleu, puis le jour J, en directe à la télévision sur youtube, encore ici, sur Cnews et Morandini, au JT de 13h et du soir sur TF1 !

Également ces 3 liens youtube, 2ème lien et 3ème lien, et ce lien dailymotion que reprend le Parisien.

A voir encore sur FranceInfoTV ou ces 2 vidéos suivantes sur Youtube et Dailymotion

Et à lire encore sur: Orange.fr ; dans le Figaro, le Parisien, sur RTL, sur France 3 sur France bleu dans le Monde, dans l’indépendant, sur FranceTV ou dans l’Opinion.

compte rendu en images de la journée professionnelle OTRE IDF du 16 avril 2019 à la Mairie de Paris

Journée Professionnelle OTRE IDF du 16 avril 2019 à la Mairie de Paris

Madame, Monsieur, cher adhérent, cher invité,

Nous avons le plaisir de vous convier à votre journée professionnelle annuelle de l’OTRE Ile-de-France qui se tiendra à la Mairie de Paris mardi 16 avril 2019, à l’auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris, 5 rue Lobau Paris, de 8h à 14h. Plan d’accès ici et inscription au lien ci-après ou en retournant le bulletin joint

SONY DSC

A partir de 8 h : arrivée des adhérents et partenaires, Café d’Accueil,

7h30 – 15h : exposition de véhicules « propres » place Saint Gervais (derrière Hôtel de Ville)

9h – 9h05 Mot d’accueil de Christophe Najdovski, adjoint – Transports, voirie, déplacements et espace public à la Mairie de Paris

9h05 à 10h Réunion statutaire réservée aux adhérents :

Rapport moral et financier et la parole est aux adhérents:

Dumping social, cabotage illégal, paquet routier, infrastructures et leur financement, transition énergétique, LOM, suite des « gilets jaunes », du « grand débat » et moment de débat avec l’OTRE Nationale

10h à 10h15 : élection du nouveau Conseil d’Administration OTRE IDF

10h15 à 10h45 PAUSE dans les Stands,

10h45-12h30 séance publique : table ronde

suivie de la séance de clôture

Table-ronde conférence: 10h45-11h30 comment s’adapter au changement climatique, le véhicule de demain, c’est déjà aujourd’hui ?

Avec Intervention-conférence d’Aurélien Schuller de Carbone 4 , spécialisé en transition énergétique et en adaptation au changement climatique, proche du haut conseil pour le Climat, un théoricien de la «collapsologie».

Avec l’intervention de constructeurs et de « gaziers » et présentation du programme EVE de réduction des émissions de CO2 dans le transport routier

11h30–12h30 : Débat de clôture Mobilité: le transport doit-il être gratuit ? le Transport  français a-t-il encore un avenir ?

Qu’il s’agisse du souhait de certains de rendre gratuit les transports collectifs ou qu’il s’agisse de la livraison du dernier kilomètre gratuite avec ses « frais de port offerts », la gratuité n’est-elle pas une fausse bonne idée, n’y a-t-il pas au bout du compte toujours un financeur, et ne pas vendre un service à son juste coût ne contribue-t-il pas au final à dégrader le service lui-même et sa qualité ?

Animée par Natalie GRANGE, rédactrice en chef adjointe du Bulletin des Transports et de la Logistique avec :

Des représentants de l’Etat, élus d’Ile-de- France et de la ville de Paris

1- Valérie Lacroute, députée LR de Seine et Marne

2- Damien Pichereau, député de la Sarthe, spécialiste des questions de concurrence déloyale des VUL et auteur d’un rapport parlementaire sur le sujet

3- Jacques Legaignoux, Directeur régional adjoint Transports à la DRIEA

4- Christophe Najdovski, adjoint – Transports, voirie, déplacements et espace public à la Mairie de Paris

5- Un élu ou représentant du Conseil Régional d’Ile-de-France en charge des questions de mobilité et de transport

et l’expertise technique d’Alexis Giret, directeur du Comité National Routier (CNR) sur les coûts comparés des conducteurs français et des principaux pays européens, ainsi que de celle de Jerome Libeskind, Logicités, expert en logistique urbaine,

12h30 – 12h40 questions réponses et débat avec la salle, proclamation des résultats et clôture du Président.

A partir de 12h40 à 14h

Apéritif déjeunatoire (offert par nos partenaires fournisseurs) dans les stands dans l’espace partenaires

Tombola et tirage au sort des cadeaux dont un week-end pour deux en relai et Château, un stage de conduite sportive sur piste mais en sécurité ainsi qu’un repas gastronomique à gagner et de nombreux autres lots offerts par nos 35 partenaires fournisseurs dont la plupart seront présents et nous accompagneront tout au long de cette journée.

15h à 17h : moment convivial entre adhérents et avec nos partenaires sur la Seine à bord du Paris Etoile qui viendra nous chercher au Pont Marie avec un One Man Show d’Yves Pujol « J’ADORE TOUJOURS MA FEMME » http://www.yvespujol.com/ autour d’un verre et suite de la tombola et lots offerts par nos partenaires fournisseurs.

Nous comptons sur votre participation, inscription obligatoire et sur invitation

Pour le matin et la partie professionnelle inscription ici

Pour l’après-midi et la croisière cabaret: inscription ici

Faut-il réduire la vitesse à 80 Km/h sur les routes nationales ? La question joker qui tue !

Interrogé sur la limitation à 80 km/h, Gérard Collomb « prend un joker » ! cette information a fait le tour des médias la semaine dernière.

Quelle question poser au ministre de l’intérieur quand vous n’avez droit qu’à une seule ou comment en poser 3 en une ? celle de la « Une » d’Otrement Dit et de l’Edito venait tout naturellement.

Vous trouverez in extenso le texte de la question posée au Ministre de l’intérieur à Rungis lors du « tour de France » sur le terrain destiné à dresser un bilan de l’action gouvernementale au bout d’un an, mais aussi et surtout à entendre les questions posées par « la base ».

« Monsieur le Ministre, je vous demande votre avis sur la limitation à 80 km/h sur les routes nationales, vitesse que l’on aimerait attendre plus souvent en Ile-de-France, et sur ses conséquences sur la sécurité routière quand les voitures n’auront plus le droit de doubler les camions sur les nationales, et ne répondez pas qu’il faut baisser la vitesse des Poids Lourds, ce serait une mauvaise réponse, et son corolaire, les contrôles. Avec les radars embarqués à bord de véhicules de sociétés privatisées, il semblerait qu’il y ait un problème de légalité et je vous confirme par ailleurs que l’ANTS fonctionne mal, (permis et cartes grises dématérialisées pour faire suite à une question d’un conducteur venu de l’Oise pour se plaindre du fait qu’il n’avait toujours pas son permis malgré plusieurs mois d’attente) ». et je ne vous parlerai pas de la sécurité à Champigny avec les évènements du week end dernier ».

Le « modérateur », fâché avec les acronymes a botté en touche mais le ministre a bien compris la question. Et quand au verre convivial qui suit souvent ce genre d’évènements, vous vous présentez comme « le Joker » cela facilite le contact et permet la poursuite des débats, comme celui de savoir par exemple si c’est une bonne idée en termes de sécurité et de sureté de confier par appels d’offres les déménagements de nos personnels militaires (et gendarmes) et leur familles à des plateformes d’intermédiation de déménagement par internet, au moment où n’importe quel illuminé fiché S peut se promener avec un couteau de cuisine.

Dans ce genre de réunions publiques (souvent pas si publiques que çà) pour débriefer un an d’action gouvernementale, ne rentre pas forcément qui veut. Une fois laissé nom, date et lieu de naissance lors de l’inscription en ligne, cela permet d’écarter quelques indésirables, fichés ou syndicaliste cheminot et le cas échéant avant les 2 contrôles sur place devant les cordons de CRS.

Cette question du 80 KM/H a fait un peu le buzz dans une assistance globalement acquise, car le refus de répondre du ministre de l’intérieur suffisait à faire comprendre qu’il ne partageait pas pleinement la position du gouvernement. Position d’ailleurs reprise dès le lendemain sur RMC, alimentant la polémique tout le week-end.

Au-delà de la question, avons-nous une part de responsabilité dans ce qu’en ont retenu les médias ?

Il est vrai que nous n’étions pas obligés d’aller ce soir-là Rungis, ni d’y poser une question, ni d’y poser celle-là alors oui, nous avons une petite part de responsabilité dans la question, toujours à l’affut de faire connaitre et reconnaitre notre profession, mais aussi de la défendre.

Toutes ces réunions sont publiques, il suffit juste d’y prendre un peu de temps pour défendre sa cause. Une bonne question au bon endroit à la bonne personne au bon moment est parfois plus efficace que des centaines de camions tournant en rond sur le Périphérique.

Petite revue de presse du « buzz médiatique » sur BFM TV, et diffusion de la vidéo sur Youtube, dans le Figaro, Europe 1, Ouest France, Le Point, sur LCI, dans l’Express, Ouest France, le Parisien, le Point, 20 minutes, le Parisien, France bleu, sur 94.citoyens ou Marianne.net.