Mobilisation nationale contre l’écotaxe : à suivre…

« Ils partirent 500 mais par manque de renfort, ils se trouvèrent à 6 en arrivant au Ministère des Transports ». Néanmoins, ils n’ont pas à rougir de ce qu’ils ont fait, au contraire, ils doivent en être fier. Car si le chef d’entreprise est un légaliste qui n’a pas la culture de la grève, c’est la première fois que des véhicules lourds accèdent pacifiquement dans le quartier de Saint Germain, aussi près de l’Assemblée Nationale, du ministère des Armées, et juste devant le ministère des Transports.

Les dizaines de camions « bloqués » aux portes de Paris montre bien tout le sérieux accordé par les pouvoirs public au mouvement de protestation contre l’éco taxe mené par Alain Spinelli.

La lutte contre cette taxe inique va se poursuivre, les principaux organisateurs restant quotidiennement en contact et doivent se revoir en fin de semaine pour « professionnaliser » leur action spontanée qui s’est tenue de manière exemplaire. Les forces de l’ordre qui avaient des consignes de verbaliser et qui ont refusé de le faire devant le sérieux du mouvement peuvent en attester.

Moi même qui ai connu les mouvements de 92 contre le permis à point, de 2000 contre les 35 heures, ou de 2001 pour la TVA à 5,5% dans le déménagement, je peux le confirmer.

Des véhicules de déménagement devant le boulevard Saint Germain, cela ne s’était pas vu depuis 1986, et la journée contre la suppression des primes de la CAF par la ministre de la santé Barzach !!

Deux bonnes heures de réception et d’entretien au ministère pour des indépendants « sans étiquette », la France « Black, Blanc, Beur » a pu s’exprimer et faire part de son désarroi et a été écoutée, car c’était la la voix du cœur qui s’exprimait.

C’est Jean Marc Ambrosini, le conseiller social du ministre (Sciences Po Paris, ancien DRH délégué de la RATP) et Radia Ouarti, conseillère technique (Sciences Po Aix, puis directrice adjointe de la mission tramway de Dijon) qui ont reçu la délégation. http://lannuaire.service-public.fr/services_nationaux/cabinet-ministeriel_428230.html . Alain a bien su leur expliquer ce qu’était le transport routier, et ils vous ont entendu. Chapeau et Bravo à vous tous.

La phase suivante sera certainement également juridique, car les outils existent pour contester la légalité constitutionnelle de cette loi en posant une Question Prioritaire de Constitutionnalité, qui fait obstacle à l’article 1 de la Constitution « La France est une République indivisible », et aux articles 1 et surtout 13 de la déclaration universelle des droits de l’homme http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/dudh/declara.asp « Toute personne a le droit de circuler librement » . Or où il n’y aura pas d’écotaxe, il y aura interdiction de transit pour les poids-lourd.

Tout devra être mis en œuvre pour rendre cette fichue taxe vraiment « neutre », pour supprimer comme promis la taxe à l’essieu, et reconnaître la profession de transporteur routier à sa juste valeur, c’est à dire juste comme indispensable à l’économie.

une vidéo sur France Route aimée et déjà partagée 477 fois en 24 heures. http://www.facebook.com/pages/FranceRoutes-Officiel/232524050369?sk=app_2373072738#!/photo.php?v=212150988924787

les groupes routiers solidaires fleurissent, http://www.facebook.com/events/345710355543293/#!/groups/464538550279020/

et pour ceux (nombreux?) qui n’ont pas encore compris s’ils sont vraiment concernés, (surtout en Ile de France), qu’ils lisent avec attention ces deux pages de la revue Acteur Urbain de décembre (p14 et 15) http://www.wk-transport-logistique.fr/outils/upload/ACTEURS-URBAINS-taxe-poids-lourds-peage-urbain-paris-dec2012-janv2013.pdf. Et qu’ils m’expliquent comment ils éviteront les 2300 KM concernés, ou comment ils répercuteront les 8% de surcoût.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* 1+6=?