De la rumeur ou du remède pire que le mal?

Un exemple de démenti récent me conduit a rappeler que dans le but de faire taire une rumeur, corriger une erreur ou une contre-vérité, on utilise parfois le démenti comme remède qui peut s’avérer dans certains cas pire que le mal. Ce dernier peut en effet avoir pour effet d’attirer l’attention sur l’information initiale qui a pu passer inaperçue à nombre d’observateurs. Le démenti ou la contre-rumeur non ou mal étayé peut avoir l’effet inverse, « c’est donc bien qu’ils ont quelque chose à se reprocher ».

En entreprise, la rumeur peut être dévastatrice (« si, si, je vous assure, ils vont déposer »), mais également quand elle vise un individu particulier, être un facteur de souffrance au travail pouvant conduire jusqu’au suicide.

Une petite revue de presse intéressante sur le sujet.

http://www.petite-entreprise.net/P-1461-81-G1-comment-reagir-face-a-la-rumeur.html

http://www.portail-rh.ch/praxistipp_view.cfm?nr_praxistipp=1165&s=Contrer-la-rumeur

http://www.blog-emploi.com/index.php/post/rumeur-souffrance-au-travail-comment-reagir

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *