Dossier aire de livraison, stationnement à Paris rouvert

A peine les échéances municipales passées, la mairie de Paris a rouvert le dossier du stationnement, des aires de livraison avec l’ensemble des professionnels cocnernés dont votre serviteur, voire d’ouvrir la voie à la réservation de stationnement (pour le déménagement notamment mais pas seulement, d’autre métiers ayant besoin de temps de stationnement au delà de 30 minutes).20140409_163550

La réglementation et l’usage (rester à proximité du véhicule, « moteur chaud ») étant d’ailleurs contradictoires. La mairie de Paris et la préfecture de Police continuent à se renvoyer la balle sur la verbalisation et l’absence de disponibilité des aires de livraisons. Pourtant, il y a rien qu’à Paris sur un réseau de 1560 KM de voiries, 147 389 places de stationnement dont 8998 aires de livraisons, ce qui n’est pas neutre ! Mais les 17 000 « pendulaires » qui viennent de banlieue tous les jours en voiture sont pointés du doigt comme les vilains petits canards !

Toutes données intéressantes sur les places de livraisons libres et occupées et peut être un jour en temps réel sur smartphone ? http://opendata.paris.fr/explore/dataset/liste_des_places_de_livraison/#?tab=table

Il serait peut être temps par ailleurs de réactiver ce dossier qui avait fait l’objet d’une étude intéressante de la part de la DRIEA http://www.driea.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/transport67_rglmt_europ_cle0f1dc5.pdf et comme cela a été proposé en réunion :

– d’activer la possibilité de réservations de stationnement (et pas que pour les livraisons, mais pour toutes les utilisations de voies publiques de certaine durée comme les déménagements),

– d’en réserver l’utilisation aux seuls professionnels, et non aux voitures ventouse des commerçants. Attention par ailleurs à l’évolution du régime des amendes d’ici 2 ans pour stationnement payant (la « dépénalisation ») qui risque de rendre encore moins disuasif le stationnement sur aire de livraison, avec des amendes moins cher que sur place classique ! Or il s’agit quelque part et hors période électorale de question de volonté politique, les aires de transporteurs de fonds n’existaient pas il y a 10 ans, elles sont désormais bien respectées ! Mais il est vrai que l’entrepreneur de banlieue de paie pas ses impôts et ne vote pas à Paris.

Il est sans doute temps de se pencher donc sur un nouveau disque de livraison, qui pourrait n’être accessible qu’aux seuls professionnels, et les expériences des villes de Lyon, des Lilas ou même de Barcelone seront à l’ordre du jour de la prochaine réunion, et de réduire la pénibilité liée aux portages inutiles!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *