Statistiques AT MP : 2011, une mauvaise année

Les dernières statistiques publiées par l’Assurance maladie-risques professionnels pour 2011 ne sont pas des plus optimistes. Pour une augmentation de seulement 1 ,1 % du nombre de salariés par rapport à 2010, elles font apparaître une série de hausses particulièrement pour les maladies professionnelles (+8,6 %) ainsi que pour les accidents de travail (+1,7 %) et les accidents de trajet (+ 1,6 %). Lesquelles entraînent tout naturellement une augmentation du nombre de journées perdues pour chacun des trois risques couverts par la branche AT-MP : +3 % pour les accidents de travail, +4,2 % pour les accidents de trajet et + 10,2 % pour les maladies professionnelles.

Maigre consolation : les chiffres révèlent un léger recul du nombre d’accidents ayant entraîné une incapacité permanente (entre – 2,6 % et – 3,5 % selon que l’incapacité est inférieure ou supérieure à 10 %) mais un bond du nombre de décès qui entre 2010 et 2011 a grimpé de 22 %. Le pourcentage traduit à l’échelle humaine représente 144 salariés morts au travail.

http://www.inrs.fr/accueil/header/actualites/statistiques-ATMP-2011.html http://www.risquesprofessionnels.ameli.fr/chiffres-cles-et-statistiques/nos-statistiques.html

et dans le déménagement? La commission de suivi pénibilité qui se réunira le 5 décembre devra se pencher sur ces statistiques.

http://www.risquesprofessionnels.ameli.fr/fileadmin/fiches_statistiques/RISQUE_2011_C_000_602NA_AT.pdf http://www.risquesprofessionnels.ameli.fr/fileadmin/fiches_statistiques/RISQUE_2011_C_000_602NA_SY.pdf

http://www.risquesprofessionnels.ameli.fr/fileadmin/fiches_statistiques/RISQUE_2011_C_000_602NA_MP.pdf

Savez vous par ailleurs que dans de nombreux appels d’offres, les donneurs d’ordre exigent la communication de vos indices de gravité et de fréquence en matière d’accidents du travail et de maladies professionnelles dits « stats AT-MP »? Viguié Social Mobilité est là pour aider, et surtout pour trouver des mesures correctives, les entreprises de   salariés connaissant un « pic » en la matière car trop grosses pour suivre au quotidien leurs déménageurs, et pas assez grosses pour avoir un CHSCT, un responsable sécurité, et avoir une analyse et gestion fine de leurs risques professionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *