Que se passe-t-il à TLF ou le remède est-il pire que le mal?

Un exemple de démenti récent http://www.wk-transport-logistique.fr/actualites/detail/63532/patrick-bouchez-pas-de-depart-de-tlf-en-cours-de-mandat.html me conduit a rappeler que dans le but de faire taire une rumeur, corriger une erreur ou une contre-vérité, on utilise parfois le démenti comme remède qui peut s’avérer dans certains cas pire que le mal. Je l’avais déjà indiqué dès septembre ici même http://viguiesm.fr/de-la-rumeur-ou-du-remede-pire-que-le-mal/,

Le démenti peut en effet avoir pour effet d’attirer l’attention sur l’information initiale qui aurait pu passer inaperçue à nombre d’observateurs. Le démenti ou la contre-rumeur non ou mal étayé peut avoir l’effet inverse de l’objectif recherché, chevalgate ou autre, « c’est donc bien qu’ils ont quelque chose à se reprocher » http://viguiesm.fr/peut-on-dire-tout-et-nimporte-quoi-sur-internet/ En tout cas, la « lettre A » très peu connue et confidentielle a moins attiré l’attention que le communiqué en retour http://www.e-tlf.com/french/position/presse/COMMUNIQUE_DEMENTI__LETTRE_A_1_ER_MARS_2013.PDF

Il faut dire que pour nombre d’observateurs extérieurs, après le départ de TLF d’adhérents routiers « historiques » comme Norbert (voir notammenthttp://viguiesm.fr/nominations/ ), celui d’autres fondateurs de la CLTI (ancètre ? de TLF) comme les frères Sarrat, de GT Location de Bordeaux pose question sur la part future de la route. Le départ de citerniers loueurs avec conducteurs « historiques » et fondateurs de l’association du transport de matières dangereuses ATMD, dont la société de l’un des fondateurs et président de TLF (décédé depuis) font regretter parfois à certains «anciens » le temps des de Chauveron, de Georges Drouin, de Lebret et Bonnet, de Locamion, de « France Loc » et de la « Stur », et j’en fais parfois partie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *