Ecotaxe, où en sommes nous ? J– 131 jours

Après les interrogations de la semaine dernière sur un éventuel prochain mouvement des transporteurs, http://viguiesm.fr/ecotaxe-j-combien/ la seule date qui compte réellement en fait est celle du 1er janvier 2015 : 20140818_092808 (2)donc : Ecotaxe J– 131 jours, la phase de « test à blanc » prévue au 1er octobre a moins d’importance, puisque les entreprise n’auraient plus l’obligation de s’inscrire et de se prééquiper de boîtiers de télépéage avant le jour J, mais pourraient les louer aux bornes à proximité du réseau taxé (comme les étrangers en avaient déjà la possibilité).

En effet, après les mobilisations annoncées dès la fin du mois d’août 1503944_251989938316564_59148019_nde petits entrepreneurs et artisans aux universités d’été du PS à la Rochelle http://www.sauvonsnosentreprises.fr/ , ou du mouvement des « tondus » dans la foulée http://revendic-action.org/, la grande mobilisation unitaire des transports, (voire d’autres professions directement concernées par le « ras-le-bol » fiscal) va sans doute attendre quelques semaines de plus pour une date optimum, la « commission de médiation » (qui n’en est pas une) poursuivant son travail http://viguiesm.fr/le-28082014-et-le-4-septembre-reunion-au-ministere-peage-de-transit/. Et pas moins de 2 réunions sont également programmées en septembre en Ile-de-France sur les futures conséquences de la taxe. Les différents collectifs indépendants contactés sont dans les starting-block, avec une rencontre notamment du collectif anti écotaxe en Ile de France et du Front Anti Ecotaxe. Les collectifs bretons, Chtis, Sud Ouest ou Paca suivent également l’actualité de près.20140816_152033

Quid d’Ecomouv dans tout çà?

Pour le moment, le soldat Ecomouv est conservé, et assuré de sa pérennité, les loyers entrants. Le Gouvernement engagera les discussions avec Écomouv’ pour les avenants nécessaires à la mise en place du « péage de transit »; un meilleur contrôle public de la société, pouvant aller jusqu’à une montée au capital de la puissance publique. C’est en tout cas ce que dit encore actuellement le ministère des transports sur son site officiel. http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Questions-reponses-sur-le-peage-de-

Que penser d’Ecomouv ?

L’enquête révélée par le journal Le Point en 2011 http://www.lepoint.fr/politique/le-soupcon-de-corruption-qui-pollue-l-ecotaxe-12-05-2011-1332414_20.php n’est pas close. L’OTRE a réalisé un excellent dossier dans son numéro mensuel 146 de juin « Otrement dit ». Mais annoncé ici il y a pratiquement un an, http://viguiesm.fr/ecotaxe-ecotaxe-j-95/ il faut dire que la justice se hâte lentement et prend son temps, peu d’informations ayant filtré entre-temps sur l’enquête du juge Courroye.

En 2011, la Sanef avait saisi le Service central de prévention de la corruption. Parmi les anomalies constatées, les liens commerciaux entre Autostrade et Rapp Trans AG, une entreprise suisse, conseil de l’État sur l’écotaxe.

Le directeur général de la Sanef aurait par ailleurs été approché par un cabinet d’avocats qui souhaitait « pousser » la candidature de la Sanef. Une enquête préliminaire a été confiée, en 2011, au parquet de Nanterre alors que Philippe Courroye y était procureur. Elle est toujours en cours. t sur l’écotaxe. À l’époque, le tribunal administratif avait constaté que « l’impartialité des conseils techniques de l’État » n’était pas « suffisamment établie ».

On pourra lire utilement aussi : http://www.lepoint.fr/societe/la-polemique-politique-enfle-autour-du-contrat-ecomouv-04-11-2013-1752038_23.php

http://www.lepoint.fr/economie/ecotaxe-la-face-cachee-d-un-contrat-a-1-milliard-d-euros-02-11-2013-1751360_28.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *